Histoire locale
cartes postales anciennes


 
le fort de Ham
 
C’est à Odon IV, Seigneur de Ham, que l’on doit, en 1216, l’élévation des premiers remparts de pierre ainsi que la forme générale du château. Son architecture va évoluer au XVéme siècle avec le règne de la puissante famille de Luxembourg : Jean de Luxembourg fait ériger la tour de la porte (seule tour encore debout) et son neveu, Louis de Luxembourg, fait construire le donjon (celui-ci s’élevait à 33m de hauteur pour un diamètre de 33m et des murs de 11m d’épaisseur).
C’est à Odon IV, Seigneur de Ham, que l’on doit, en 1216, l’élévation des premiers remparts de pierre ainsi que la forme générale du château. Son architecture va évoluer au XVéme siècle avec le règne de la puissante famille de Luxembourg : Jean de Luxembourg fait ériger la tour de la porte (seule tour encore debout) et son neveu, Louis de Luxembourg, fait construire le donjon (celui-ci s’élevait à 33m de hauteur pour un diamètre de 33m et des murs de 11m d’épaisseur).

Installé aux portes de l’Ile de France (longtemps limites du royaume) le château de Ham sera convoité par de nombreux envahisseurs. Le siège le plus célèbre sera celui de 1557 mené par les Espagnols dirigés par Philippe II, fils de Charles Quint. Sous le règne d’Henri IV, le château sera rattaché à la Couronne de France.

Les derniers travaux importants sur les fortifications seront exécutés sous les ordres de Vauban puis la forteresse deviendra prison d’Etat.

Ham doit en grande partie sa célébrité à cette prison et surtout à l’un des prisonniers : le Prince Louis-Napoléon Bonaparte, qui allait devenir, six ans après sa rocambolesque évasion (en 1846) l’empereur Napoléon III.

En 1870, Ham sera la seule ville de France à voir la capitulation de l’Armée prussienne, grâce à une audacieuse contre-attaque de la 2ème Armée du Nord.

Mais le site succombera dans la nuit du 18 au 19 mars 1917, dynamité par les Troupes allemandes bien décidées à détruire systématiquement les monuments situés sur le chemin de leur retraite.

Laissé à l’abandon pendant quelque 60 ans, le château retrouvera un début de fierté en 1977 avec la création du Club archéologique de Ham, devenu en 1991 « Les Amis du Château » qui se sont attelé à un travail considérable de restauration et de mise en valeur des ruines depuis plus de 30 ans.