Histoire locale
cartes postales anciennes


 
Louis-Napoléon Bonaparte
 
Le prince Louis Napoléon Bonaparte fut prisonnier au fort de Ham de 1840 à 1846. Dans ces quelques lignes nous essayons de résumer cet épisode bien particulier de l'histoire de HAM.

Il y a 150 ans, un événement apparemment anecdotique a été capital pour tout napoléonien. Condamné à la prison à vie, louis Napoléon Bonaparte voyait son avenir brisé. Par son intelligence, son courage, il a su, pour des motifs très honorables, changer brusquement le destin, en s'évadant. 940 jours plus tard, le prisonnier devenait Président de la deuxième République, élu au suffrage universel (réservé aux hommes), à une majorité écrasante.
Le lendemain même de son arrivée à Ham, le 9 août 1840, il avait ramassé quelques braises dans la cheminée pour écrire sur le mur, d'une main calme et sûre : « La Cause Napoléonienne est la Cause des intérêts du peuple ; c'est la cause européenne ; tôt ou tard elle triomphera ».

Au cours de sa détention à Ham. Le prince tient à faire connaître son opinion sur les problèmes politiques conjoncturels. Ces articles son publiés dans deux journaux régionaux : Le Guetteur de Saint-Quentin et surtout le Progrès du Pas-de-Calais.

Eléonore Vergeot, « La Belle Sabotière », est née à Estouilly près de Ham le 3 septembre 1820 et est la fille d'Antoine, tisseur, et Marie Louise Camus. C'est une très jolie fille, saine et vigoureuse, grande mais potelée, fraîche aux yeux bleus et aux cheveux châtains. Dès 16 ans, elle fait des ménages chez Madame Renard, femme du portier consigne du fort, étant de temps à autre chargée d'apporter la nourriture aux prisonniers. Certains affirment qu'elle était femme de chambre chez Caroline O'Hara la maîtresse de Monthelon également captif.

Le 25 mai 1841, (5 ans exactement avant l'évasion), une lettre du ministre de l'Intérieur l'autorise à visiter et réparer le linge du prince Louis Napoléon. Une liaison ne tarde pas à se nouer et on pense même qu'elle demeurait dans l'appartement du Prince. Dans la prison elle fut le sourire, la gaieté, l'odeur de la liberté. Son éducation étant plutôt négligée, Louis-Napoléon va la parfaire et lui inculquer les éléments de la syntaxe, ainsi que… deux fils : le 25 février 1843 et le 18 mars 1845 dont elle accouchera à Paris. Eléonore deviendra par la suite la maîtresse de pierre Bure, frère de lait du futur Empereur, en aura un fils et l'épousera. Elle est morte au Vésinet le 4 août 1886, au 5 rue Auber, sa maison existe toujours. Les deux fils de Ham seront titrés par l'Empereur, Comte d'Orx et Comte de Labenne.

La nature et la disposition des lieux ne permettaient d'autre évasion qu'une échappée furtive, consistant à franchir les guichets sous un déguisement. Le 26 mai 1846, le prince coupa ses moustaches, se coiffa d'une casquette, chaussa de gros sabots, chargea de champ sur son épaule une planche arrachée de sa bibliothèque et s'en couvrit le visage.